Fermes - lieux-dits et pièces de terre retour sommaire

La ferme de Vasouy

Cette ferme sous administration ducale passe en 1204 sous l’administration royale.

L’état du domaine royal dans le bailliage de Rouen de 1266 mentionne la ferme de Vasouy affermée avec la terre à Guillaume BOUTEMONT pour  seize livres dans la sergenterie de Honfleur.  Cette ferme s’étendait également sur une partie de Pennedepie, nommée le jardin de Pennedepie.

Au XIVème siècle cette garde ou ferme de Vasouy semble être détachée et appartient à Robert de CONTEMOULIN. Après sa mort, sa veuve et son fils Robin sont dessaisis d’une partie de leur ferme qui revient directement au domaine royal, en effet le lundi avant la Pentecôte (16 mai) 1342 la veuve de Robert de CONTEMOULIN et Robin son fils étant restés débiteurs pour une amende de 100 sols tournois chacun et Jean BURNEL sergent de Honfleur n’ayant pas trouvé de biens meubles à exécuter pour ce paiement, leurs héritages à Pennedepie ont été saisis et faute d’adjudication deux pièces de terre ont été appliquées au domaine royal.

La ferme de Vasouy est ensuite réunie au moulin VANIER, elle est alors tenu en fiefferme par Michel et Jean du VIEVRE. Ce dernier paie pour la ferme de Vasouy 17 livres par an et les deux tiers à la Saint Michel soit 11 livres 6 sols et 8 deniers.

Elle devient ensuite ferme muable avant la descente des Anglais en 1417 et est tenue par Robin et Jean HUE, frères.

En 1461 elle est affermée à Michaut LE GOUESLIER pour 19 livres 16 sols et 6 deniers. 

retour sommaire     haut

Le moulin VANIER

Il se trouvait à l’est de la commune.

Son revenu est presque aussi important que celui de la ferme royale. Au Moyen Age, les moulins sont les seuls établissements industriels.

Leurs recettes dépassent souvent le revenu d’un fief de chevalier.  Jean du VIEVRE payait pour le moulin VANIER 15 livres par an et la moitié à la Saint Michel soit 7 livres 10 sols.

Le 21 avril 1761 François LEMOINE vend à Jean Charles HERVAL une place de terre avec le moulin  à blé étant dessus, avec les jardins, bien ou étang, ustensiles d’icelui moulin, droitures et libertés en dépendant, entre autres pour le cours des eaux du réservoir étant dans la pièce des Vaux de l’appartenance du dit LEMOINE, d’où proviennent les eaux qui font moudre le dit moulin, lequel cours d’eau et réservoir seront entretenus par le dit LEMOINE pour l’usage du dit moulin. La pièce de terre, bien ou étang contenait une vergée et demie environ et était bornée d’un côté la cour du colombier, d’autre côté le ru du moulin, d’un bout la ferme du manoir et d’autre bout le chemin tendant à la mer.

 

retour sommaire     haut

La ferme et le manoir des Brosses

Vers Pennedepie est édifié le manoir des Brosses qui appartenait avant la Révolution à haut et puissant seigneur de GIVERVILLE, époux d’Elizabeth de COSTARD et ensuite à son fils Antoine et époux de demoiselle de GRIEU. Trois époques distinctes marque la construction du manoir, le XII° siècle pour la partie en silex noir, le XV° siècle pour la partie en colombage et le restant qui servit pendant la municipalité LEPAON de mairie du XIX° siècle.

retour sommaire     haut

La ferme FALLOUARD

La famille FALLOUARD

Michel FALLOUARD chirurgien épouse Catherine LEMONNIER. De cette union naissent au moins deux enfants Catherine et Michel.

Michel FALLOUARD chirurgien épouse Françoise BATAILLE fille de Charles et petite fille de Jean, héritier de Tiphaigne de BAONNE épouse de Simon BATAILLE. Ils ont au moins deux enfants Michel et Etienne.

Michel FALLOUARD marchand demeurant à Saint Gatien épouse le 21 juillet 1719 au Theil en Auge Anne Angélique APPAROC fille de Pierre écuyer sieur de Sainte Marie du Theil et de Marie de BOCTEY.

Etienne FALLOUARD épouse le 17 septembre 1686 à Sainte Catherine de Honfleur Marie DESCELLIERS fille de Charles et Madeleine LE SERDANT. Ils ont au moins quatre enfants Michel, Etienne, Charles et Jean. Etienne est inhumé le 24 avril 1709 à Vasouy et sa femme Marie le 3 mai 1745 à Sainte Catherine.

Michel FALLOUARD est baptisé le 9 décembre 1689 à Sainte Catherine de Honfleur. Il épouse le 27 janvier 1721 à Sainte Catherine Elisabeth CHUFFE fille de Jacques et de Marie de la VENTE. Elisabeth est inhumée le 31 décembre 1770 à Sainte Catherine âgée de 86 ans.

Charles FALLOUARD est inhumé le 17 mai 1728 à Sainte Catherine à l’âge de 25 ans.

Jean FALLOUARD est baptisé le 22 juillet 1687 à Sainte Catherine.

Les Lieux dits et les pièces de terre

Il existe des pièces de terre assises en la garde des Héllins dépendant de la forêt de Touques et d’autres pièces dépendant de la sergenterie du Breuil comme le prouve deux actes mentionnés dans les apanages des Ducs d’Orléans pour le Domaine d’Auge concernant les aveux fiefs nobles et rotures relevant du Domaine Royal dont voici le détail « Je Jehan MAISON tient quatre pièces de terre assises en la paroisse de Vasouy étant en la garde des Héllins dépendant de la forêt de Touques en héritage de Pierre CHOMET prêtre de Vasouy mon aïeul et Je Marinette veuve de Nicolas FOURMIER représentant le droit de Jean GALOPIN pour une pièce de terre assise à Vasouy dépendant de la sergenterie du Breuil et de la forêt de Touques. »

L’aumône Saint Antoine

Il se trouvait sur la paroisse de Vasouy la petite et la grande aumône.

La Bigardière

Le 4 juillet 1605 Pierre HELIOT fils de Louis, bourgeois de Honfleur demeurant en la paroisse Sainte Catherine tient et avoue tenir une pièce de terre en labour et plant contenant une demie vergée nommée la Bigardière, bornée d’un côté le chemin du Roi tendant de Vasouy à Equemauville, d’autre côté et d’un bout Guillaume LECORDIER à cause de sa femme fille de Pierre CAILLOT et d’autre bout les héritiers de feu Jehan BASQUENE.

La Bignerie

Le 3 mai 1553 Jehan GODARD, prêtre, Robert LE MOYNE, Jehan LE BOUTEILLER et Jehan LEBIGRE confessent et avouent tenir cette pièce de terre contenant environ deux acres et demi jouxtant d’un côté le chemin du Roi tendant au dit Vasouy, d’un côté la forêt du Roi et plusieurs personnes, d’un bout Jehan de CONTY dit Dumont et d’un bout la dite forêt.

En 1646 Jean HELIOT fils et héritier de Pierre HELIOT tient une pièce de terre nommée la Bignerie contenant une vergée.

En 1688 Charles GIFFARD marchand de Honfleur ayant épousé Marie HELIOT fille et héritière de feu Jean HELIOT à cause de sa femme avoue tenir une pièce de terre nommée la Bignerie contenant une vergée environ, bornée d’un côté lui-même, d’autre côté le chemin du Val la Reine et d’autre bout Jean TAILLEFER. 

La Bissonnière

Pièce de terre contenant douze perches ou environ tenue en tènement nuement le 14 août 1736 par Michel FALLOUARD.

La Buhotière

Le 28 juillet 1748 Louis Charles GROULT marchand demeurant à Vassy diocèse de Bayeux constitue 150 livres de rente en faveur de maître François ROBERT acolyte du diocèse de Lisieux afin qu’il puisse parvenir aux ordres sacrés. Cette rente est hypothéquée sur la terre de la Buhotière sise à Vasouy et lui appartenant.

La Californie

Ce sont de vastes pièces de terre situées près du chalet du Haut-Butin. 

Le Camp du Gueslin

Le 5 février 1614 Pierre HOUZARD, du métier de la mer, demeurant à Sainte Catherine de Honfleur tient et avoue tenir une pièce de terre contenant un demi acre nommée le Camp du Gueslin, bornée d’un côté Jehan de CONTY, d’un bout le chemin du Roi et d’autre bout plusieurs.

Le Camp Dumont

Jacqueline PLATTOYS fille de feu Richard et veuve de Jehan BEUSE ? demeurant à Sainte Catherine de Honfleur avoue tenir cette pièce en labour contenant environ cinq vergées, borné d’un côté les héritiers de Thomas de BAONNE, d’autre côté les héritiers de Jehan de CONTY, d’un bout le chemin du Roi et d’autre bout l’aumône de Vasouy.

Le Camp Duquesne

Le 1er avril 1739 Louis HAGUERON greffier de la Vicomté de Honfleur tient une pièce de terre nommée le Camp Duquesne contenant une demie acre bornée des deux côtés la veuve DU SOUCHAY, d’un bout le chemin tendant à Touques et d’autre bout le perré de la mer.

Le Champ Vautier

Le 17 juin 1614 Sylvain LECERF écuyer sieur des Champs demeurant en la paroisse de Pennedepie tient une pièce de terre en pré, labour et plant contenant deux acres nommée le Champ Vautier, bornée d’un côté et d’un bout maître Olivier de VALSEMEY, tabellion, d’autre côté Guillaume LECERF écuyer, son frère et d’autre bout le chemin tendant de Honfleur à Touques. 

Le Clos au Sage

Le 17 juin 1614 Sylvain LECERF écuyer sieur des Champs demeurant en la paroisse de Pennedepie tient une pièce en labour et plant  contenant un acre nommée le Clos au Sage, bornée d’un côté et d’un bout Olivier de VALSEMEY et d’autre côté la rue Bretaigne.

En 1659 François LECERF écuyer sieur des Champs et Charles LECERF son frère le tiennent par succession de Sylvain LECERF leur père.

retour sommaire     haut

La famille LECERF

La famille LECERF porte « d’argent au chevron de gueule avec trois cœurs de même » comme Pierre LECERF l’a choisi après avoir été anobli.

Pierre LECERF, capitaine des gardes-côtes de la mer, exerce son commandement à Pont Audemer et se comporte si vaillamment que Charles VII arrivant à Grestain au soir de la victoire décide de l’anoblir ainsi que toute sa descendance tant mâle que femelle le 8 février 1449 (ou 1450 nouveau style) à Grestain. La lettre précise qu’il est de condition libre de la paroisse d’Equemauville et né en légitime mariage. Il paie en conséquence 40 écus d’or. Il est maintenu par MONTFAUT sur la paroisse d’Equemauville en la sergenterie de Honfleur en 1463. Il habitait alors au manoir du Breuil à Equemauville et était sergent fieffé, forestier en la garde des Héllins dans la forêt de Touques.  Il épouse Marie DRUBEC.  Ils ont au moins trois enfants :

  • Guillaume LECERF prêtre
  • Jean LECERF qui épouse Marie TESTE dit de BRETAIGNE. Il a au moins quatre enfants François, Jacques, Jean et Madeleine qui épouse Jacques CHERON sieur du Mont Chéron à Fourneville d’où naît Pierre CHERON.
  • Jacques LECERF qui suit

Pierre LECERF décède probablement en 1499 à Equemauville. Un acte du 2 mars 1499 indique un contrat entre messire Guillaume LECERF prêtre et Jacques LECERF écuyer son frère touchant la succession de feu Pierre LECERF leur père.

Jacques LECERF né vers 1445 est écuyer seigneur d’Equemauville a versé en 1450 40 écus au Trésor Royal.  Il prend à ferme une terre du Breuil et en est garde forestier en 1489. Il épouse Jeanne de RECUSSON. Ils ont au moins cinq enfants :

  • Jean LECERF curé de Vasouy vers 1500.
  • Olivier LECERF
  • Pierre LECERF
  • Marie LECERF qui épouse en premières noces un « sieur  ADAM », bourgeois de Honfleur puis en secondes Jacques LE BOUCHER écuyer sieur du Hiautre à Gonneville sur Honfleur.
  • Guillaume LECERF qui suit

Jacques LECERF décède vers 1500 et Jeanne, sa femme est désignée par un acte de tabellionnage comme gardienne de ses enfants et Jean LECERF son fils comme tuteur desdits enfants.

Guillaume LECERF né vers 1480 est écuyer seigneur d’Equemauville et du Breuil. En 1517 il avoue tenir deux pièces de terre situées en la paroisse Saint Germain de Vasouy, la première contenant trois acres bornée d’un côté Thomassin de BAONNE, d’autre côté l’héritage que fit Jean de BAONNE en son vivant bourgeois de Honfleur, d’un bout les héritiers de feu Michel COUSIN, d’autre bout le chemin du Roi tendant de Honfleur à Pennedepie ; la seconde contenant trois vergées bornée d’un côté la première pièce, d’autre côté les héritiers COUSIN et Jean de BAONNE, d’autre bout le chemin de Bretagne. En 1523 une sentence royale le décharge ainsi que son frère Jean de payer la taille. Il est également en 1524 le trésorier de l’église de Vasouy et fait une donation cette même année à l’église. Il a au moins deux fils :

  • Jacques LECERF qui épouse Simone de GERNIGOU. Jacques décède avant 1578 et sa femme après 1578.
  • Pierre LECERF qui suit

Guillaume LECERF est décédé vers 1525.

Pierre LECERF né vers 1520 est écuyer seigneur du Breuil et d’Equemauville et demeure à Vasouy en 1574. Il se marie trois fois, en premières noces avec Gabrielle de TOLLEMER, en secondes noces avec Françoise CECIRE et en troisième Marguerite de FATOUVILLE.  De cette dernière union naissent au moins quatre enfants :

  • Guillaume LECERF est écuyer seigneur d’Equemauville et demeure à Pennedepie en 1574 et à Vasouy en 1576. Il épouse vers 1580 Françoise de la PLESSE fille de François, seigneur et patron de la paroisse de Cernay et de Nicole de FEUGUERAY et hérite alors du fief de Cernay (Eure).
  • Adrien LECERF est écuyer sieur du Riboussard à Equemauville. Il épouse Marie LE DOYEN.
  • Catherine LECERF qui épouse en 1604 Jean MIARD sieur des Hogues. Jean MIARD est décédé en 1614.
  • Sylvain LECERF qui suit

Pierre LECERF est décédé vers 1600.

Sylvain LECERF seigneur des Champs épouse Isabeau LE DOYEN. Ils ont au moins deux enfants :

  1. Charles LECERF écuyer, sieur de Vasouy.
  2. François LECERF écuyer sieur des Champs en la Vicomté de Beaumont le Roger. Il a un fils Charles qui épouse Anne LE LOUP.

La Cour Pestel

Elle est la propriété de la famille LEBOURGEOIS puis celle de LAMBERTYE.

La Cour des Rochers 

Il s’agit d’une cour proche du manoir Conty.

La Couture

Pièce de terre en herbe contenant un acre et demi vendu le 19 octobre 1760 par Marie Madeleine GROSSE femme de François LEMOINE à Jean Charles HERVAL. Elle est bornée d’un côté le chemin allant à l’église de Vasouy et d’autre côté la demoiselle DESCALLES, d’un bout le chemin de Touques à Honfleur et d’autre bout la demoiselle DESCALLES.

La Couturière

Elle appartient à Monsieur de CONTY en 1619.

La Croix de Vasouy

Le 5 février 1614 Pierre HOUZARD, du métier de la mer, demeurant à Sainte Catherine de Honfleur tient et avoue tenir une pièce de terre en labour contenant un demi acre nommée la Croix, bornée d’un côté Thomas JOURDAIN, d’autre côté Jehan de CONTY, d’un bout le chemin du Roi et d’autre bout le perré de la mer.

Le 23 juin 1679 Charles PANNIER hérite de Léonard PANNIER prêtre deux pièces de terre situées à Vasouy, la première en labour contenant environ une acre ainsi qu’elle se contient bornée par le dit sieur de Vasouy et le galley de la mer et la seconde pièce avec une maison dessus contenant une demie acre environ, bornée par le dit sieur de Vasouy, Pierre BOURGEOT sieur du Verbuisson, le chemin tendant à Honfleur et le chemin partant de la Croix de Vasouy au Val la Reine. 

Le 1er avril 1739 Louis HAGUERON greffier de la Vicomté de Honfleur tient une pièce de terre nommée la Croix contenant une demie acre bornée d’un côté le sieur LEBAS d’autre côté la dite dame du sieur DUSOUCHAY, d’un bout le chemin tendant de Honfleur à Touques et d’autre bout le perré de la mer. 

Le Désert

Le 5 février 1614 Thibault LECHEVALLIER, maître de navire bourgeois de Honfleur demeurant en la paroisse Sainte Catherine de Honfleur tient au droit de l’acquisition qu’il en a faite par subrogation à maître Hélie AMELINE avocat d’Isabeau COUSIN veuve de Jehan HADRUDE chacun en partie des héritages qui appartient de Guillaume COUSIN fils de Robert et héritier de Gyon son frère, tient une pièce de terre nommée le Désert en plant et labour contenant un acre une demie vergée.

Le 21 juin 1617 le même Thibault LECHEVALLIER avoue tenir une pièce qui était antérieurement formée de trois pièces, plant, labour, maison et haies dessus nommée le Désert contenant deux acres une vergée environ bornée d’un côté la grande aumône, d’autre côté la petite aumône, d’un bout maître Pierre et Guillaume de BAONNE frères et Jean et Adrien COUSIN frères et d’autre bout lui-même.

Le Désert appartient à Hélie et Guillaume LECHEVALLIER frères héritiers de Thibault LECHEVALLIER en 1631.

Le fief ou aînesse DUPONT

En 1658 l’aîné est Charles BATAILLE.

L’Eglise

Il s’agit d’une pièce de terre qui appartient au XVI° siècle à la famille de BAONNE. Dans un aveu du 20 juin 1519, nous apprenons que Jehan de BAONNE, fils de feu Gerdmot confesse et avoue tenir une pièce de terre nommée l’église, bornée d’un côté Jehan de BAONNE et d’autre bout la sente tendante au moulin du dit lieu, d’autre côté le dit Jehan de BAONNE et d’autre bout les héritiers ENGARD.

retour sommaire     haut

La famille de BAONNE

Thomas de BAONNE est bourgeois de Honfleur vivant en 1519. Il épouse le 18 février 1518 Marguerite LE FRANCOIS fille de Jean sieur du Manoir et de Thurotte LE GRAND. Il est décédé avant 1565.

Helye de BAONNE, bourgeois de Honfleur est sergent royal au magasin à sel de Honfleur en 1579. Il épouse Guillemette LE THIAIS. De leur union naissent au moins trois enfants Guillaume, Pierre et Jacqueline.

Guillaume, licencié es lois, avocat épouse Marie de VIMONT (contrat de mariage du 27 janvier 1614, établi à Rouen).

Jacqueline de BAONNE vivante en 1584. Elle épouse Nicolas GUILLEBERT décédé avant 1584. Elle rend aveu à Charles de VATEMARE, écuyer seigneur de Vasouy le 16 mai 1584 pour une pièce de terre sise à Vasouy et d’une contenance d’un demi acre.

Pierre de BAONNE greffier de la baronnie et haute justice de Hennequeville Daubeuf en 1614. Il épouse Marguerite HALLEY.

Charles de BAONNE, bourgeois de Honfleur achète à Jean POULAIN le 6 février 1678 une pièce de terre en cour et plant avec maisons dessus située en la paroisse de Vasouy contenant une demie acre environ, bornée d’un côté le sieur acquéreur, d’autre côté les représentants du sieur de VATEMARE, d’un bout l’aumône du sieur curé de Vasouy et maître Hélie LECHEVALLIER sieur de l’Epiney et d’autre bout le chemin tendant de Honfleur à Touques, laquelle pièce de terre que le vendeur a dit lui appartenir à cause de la succession de feu maître Pierre de BAONNE son oncle. Il épouse Marguerite LE GOUESLIER. De leur union naît un fils Julien.

Julien de BAONNE, officier au Régiment de Talard, demeurant en la paroisse de Vasouy reconnaît le 25 février 1720 que pour subvenir à faire le raquis en partie du principal et faisance de 7 livres 10 sols de rente que je suis obligé faire annuellement à la veuve Grégoire PELLECAT ce dû aux droits de la charité de Notre Dame, il m’a été fourni par Marie LE TANEUR demeurant à Vasouy la somme de 200 livres tant pour le dit principal, arrérages, frais et loyaux courts de la dite partie et le surplus me reste aux mains de laquelle somme je promets lui passer contrat de constitution au denier 25, toutefois et quantes devant notaires par lequel je subrogère à l’hypothèque de la dite partie.  Il épouse Marie Anne MAUGER. De leur union naissent Jacques et Marie Anne qui épouse le 13 août 1722 à Vasouy François BEAUFILS fils de Pierre et d’Anne HOUSSAYE.

Le 28 juillet 1735 Jacques de BAONNE fils et héritier de Julien demeurant au Havre tient une pièce de terre en tènement nuement en court et plant avec une maison à usage de demeure dessus située à Vasouy et d’une contenance d’un acre et demi.

Les Eglises

En 1630 les enfants mineurs de Jean LAFFILLEY et de Françoise BEGIN vendent deux pièces de terre à Durand BEGIN maréchal bourgeois de Honfleur demeurant paroisse Sainte Catherine, dont une pièce nommée « les églises ».

Le 31 mai 1692 Elisabeth LAFFILEY fille et héritière de Pierre vend à Etienne FALLOUARD quatre pièces de terre dont une pièce nommée « les églises ».

Le 14 août 1736 Michel FALLOUARD rend aveu à Nicolas GAMARE pour le tènement nuement nommé « les églises » contenant une demie vergée.  

La cour GERNIGOU

Cette cour contenant une demie acre et dépendant de la terre de Conty tient son nom de la famille GERNIGOU, en effet plusieurs actes notariés mentionnent au cours du XVIème siècle cette famille.

Aubert GERNIGOU est tonnelier en 1576 et son frère Pierre GERNIGOU est charpentier de navire à la même date. Pierre épouse suivant le contrat de mariage du 23 juin 1578 Isabeau GUILLON fille de Jean et de Catherine LANDE. Jeanne GERNIGOU, leur sœur, est veuve de Nicolas VINNEUR fils de Jean en 1578.

Elle est possédée en 1760 par François LIETOUT.

Adolphe HERVAL la possède ensuite et la vend le 22 décembre 1843 à Caroline HERVAL. 

La fasce Bretaigne

C’est une pièce de terre contenant onze acres deux vergées et demie environ possédée par Pierre LE BAS en 1760. 

Les Gueslins

C’est une pièce de terre contenant une vergée ou environ, bornée par la pièce nommée la Goujette (voir fief Jean VAUTIER), tenue en tènement nuement par Michel FALLOUARD le 14 août 1736.

La fieffe aux HELLIOTS

La fieffe aux Helliots d’une contenance de cent acres de terre, située en son intégrité vers le soleil levant le chemin tendant de Notre Dame de Grâce au grand chemin de Barneville la Bertran, d’autre côté la vallée, le chemin de la Vallée aux Reines, d’un bout le chemin tendant de Honfleur à Barneville la Bertran, et d’autre bout les côtes de Vasouy comme le décrit un acte de 1623.

Par acte notarié du 26 février 1681 nous apprenons que furent présents :

  • Charles THIERRY, conseiller du Roi, maître particulier des Eaux et Forêts en la Vicomté d’Auge et Robert THIERRY, conseiller du Roi, élu en l’Election de Pont l’Evêque tous deux héritiers de feu Charles THIERRY, conseiller du Roi
  • Jeanne DEPAISANT mère et tutrice de ses enfants, héritiers de feu sieur du BUTTIN son mari.
  • Françoise TALLEBOT pour elle et ses sœurs, héritières de feu Jean TALLEBOT sieur des mares, leur père
  • Charles de GIVERVILLE écuyer seigneur de Vasouy
  • Guillaume et Ouis HELLIOT frères
  • Pierre TAILLEFER
  • Pierre BOURGEOT, sieur du Verbuisson
  • Michel DESPLANCHES
  • Thomas LIETOUT
  • Jean HELIOT
  • Jean HERBELIN
  • Louis VIEL
  • Pierre REQUIER
  • Marie LECORDIER veuve de Louis BLONDEL
  • Isaac LECOPIEUX, bourgeois de Honfleur

Lesquels de leur bon gré, pure et franche volonté pour eux et leurs successeurs à l’avenir ont reconnu tenir de son altesse royale Mademoiselle, à cause de la Vicomté d’Auge 100 acres de terre située sur la paroisse de Vasouy nommé la fieffe aux Helliots, anciennement fieffé par leurs prédécesseurs en 1623 :

Les dits sieurs THIERRY en tiennent cinq pièces dont la première en cour et plant avec plusieurs maisons nommée Le Lieu du Buttin, bornée d’un côté au midi la couture du Buttin, d’autre côté et d’un bout le bois du lieu du Buttin ; la troisième contenant 17 acres 1 vergée environ en bruyère, bois et taillis nommée le Bois du Buttin.

Les dit sieurs du BUTIN tiennent une pièce de terre et bois contenant trois acres.

Les sœurs TALLEBOT tiennent une pièce en bois et taillis

Charles de GIVERVILLE tient une pièce en bois.

Pierre BOURGEOT tient une portion en bois et taillis contenant huit acres bornée d’un côté au levant le sieur HELLIOT, d’autre côté la Vallée aux Reines, d’un bout le sieur de Vasouy et d’autre le sieur TAILLEFER.

Guillaume et Louis HELLIOT tiennent quatre pièces ; la première en bois et taillis, la seconde en labour et plant, la troisième en herbage et plant et la quatrième en cour et maisons proche une sente ou rade tendant du Bouc Estal au bois du Buttin.

Pierre TAILLEFER tient trois pièces de terre contenant six acres et demi environ.

Michel DESPLANCHES tient deux pièces de terre

Thomas LIETOUT tient une portion en pâturage.

Jean HELLIOT tient trois pièces.

Jean HERBELIN tient trois pièces.

Louis VIEL tient deux pièces.

Pierre REQUIER tient deux pièces.

La veuve BLONDEL tient une pièce.

Isaac LECOPIEUX tient une pièce.

Louis VIEL et Michel DESPLANCHES tiennent deux pièces par moitié.

Le fief ou aînesse PELLERIN

En 1658 les aînés sont Jean d’HERBIGNY et Hélie GIMER

Le fief ou aînesse ROUVAL

En 1658 l’aîné est Guillaume GIFFARD.

Le fief ou aînesse Jean VAULTIER

retour sommaire     haut

La famille BATAILLE

Le 31 mars 1582 Simon BATAILLE greffier vend à Jean DUVAL demeurant à Sainte Catherine de Honfleur une pièce de terre en labour située à Vasouy et bornant le rivage de la mer.

En 1658  l’aîné est Charles BATAILLE.

Le 14 août 1736 Michel FALLOUARD, fils d’Etienne rend aveu à Nicolas GAMARE pour le fief ou aînesse Jean VAUTIER contenant trois acres trois vergées divisée en quatre pièces de terre :
- La première en labour et plant avec les haies dessus étant et y appartenant nommé « Lessard » ou autrement la « Goujette » contenant cinq vergées sujette à faire l’ensemblement du dit fief qui borne d’un côté les hoirs de maître ROBINET et le chemin tendant de l’église de Vasouy, d’autre côté le dit sieur FALLOUARD, d’un bout le seigneur et d’autre bout Jacques POSTEL.

- La seconde contenant trois vergées bornée d’un côté Pierre BOURGEOT à la représentation de Pierre de CONTY, d’autre côté les représentants de feu Guillaume DELAMARE, d’un bout le gallet de la mer et d’autre bout le chemin tendant de Honfleur à Touques.

- La troisième en labour contenant trois vergées bornée d’un côté le dit sieur BOURGEOT, d’autre côté le seigneur, d’un bout le grand chemin de Honfleur à Touques et d’autre bout le gallet de la mer.

- La quatrième en pré et pâturage, traversée d’une haie, contenant trois vergées nommée « la Mare » bornée d’un côté le dit sieur BOURGEOT et d’autre côté le dit sieur FALLOUARD, d’un bout la sente ou ruette du moulin et d’autre bout le seigneur.

L’héritière de Michel FALLOUARD et d’Elizabeth CHUFFE est Marie Anne CHUFFE de CLAIREMONT épouse de Pierre Simon ORVAL.

L’herbage des Veaux 

Le 26 août 1817 Jean Baptiste LEGRIEL navigateur et époux de Madeleine Charlotte LEMOINE vend à Thomas Guillaume GOHIER demeurant au breuil une ferme située à Vasouy composée de deux pièces de terre dont l’une nommée « l’herbage des Veaux ».

Le Jardin du pressoir

Le 6 juin 1595 Jehan BERTHELOT, bourgeois de Honfleur rend aveu à Jehan DUMONT, écuyer seigneur de Vasouy pour une pièce de terre contenant un acre environ faisant partie d’un tènement plus grand nommé le Jardin du pressoir contenant deux acres environ qu’il a acquise de Nicolas BATAILLE à qui elle était échue par le droit de Jacqueline de BAONNE, mère de la mère du dit BATAILLE et fut entièrement à Jean ESBERT.

Le 5 février 1614 Pierre HOUZARD, du métier de la mer, demeurant à Sainte Catherine de Honfleur tient et avoue tenir une pièce de terre avec une maison et grange dessus contenant un acre faisant partie d’un tènement plus grand nommé le Jardin du pressoir bornée des deux côtés Jehan de CONTY et d’un bout le gallé de la mer.

Le Jardin Vioge

Il est tenu par Pierre et Adrien LECERF frères  et fils de Guillaume LECERF en juillet 1622.

Les Jardinets

Le 14 Décembre 1581 Jehan LECOURT fils de Geffroi, pour lui et pour sa fille Jehanne, fille aînée et héritière en moitié de feu Durant THIERRY et Jehan THIERRY fils de Guillaume, en qualité de tuteur de Marguerite THIERRY sous âgée, fille et héritière de l’autre moitié de Durant THIERRY rend aveu pour une pièce de terre nommée « Les Jardinets » contenant un demi acre bornée d’un côté Jehan THIERRY, d’autre côté Olivier OTTON et le cimetière du dit lieu de Vasouy, d’un bout Germain GERNIGOU et d’autre bout les héritiers de feu Jehan de CONTY dit DUMONT.

En 1657 Jean JOURDAIN apothicaire est héritier de Thomas JOURDAIN son aïeul.

Le Lieu Jean L’Espée

André LE BOUTEILLER tient cette pièce de terre en 1646, acquise de Jean BERTHELOT fils de Pierre chirurgien héritier de François son frère.   

Le Lieu Vion

C’est une pièce de terre contenant quatre acres et dépendant de la ferme Fallouard.

Le Loup pendu

Il s’agit d’un pré d’une contenance de 46 ares 40 situé vers le Butin.

Le Marais

Louis HAGUERON tient une pièce de terre au lieu-dit le Marais borné d’un côté Elisabet FOUET veuve de Michel GAILLARD, d’autre côté et d’un bout la veuve DUSOUCHAY et d’autre bout le perré de la mer. Il l’avait acquise de Guillaume HOUZARD fils de Pierre. 

Le Pré du crime

Il s’agit d’un pré d’une contenance de 2 hectares 40 situé vers le Butin.

Le Seillon

En 1635 Hélie LECHEVALLIER bourgeois de Honfleur demeurant en la paroisse Sainte Catherine tient une portion de terre nommée le Seillon divisée en trois pièces ; la première en court et plant avec cinq corps de maisons, haies et arbres dessus, la seconde en labour et plant et la troisième en labour et plant bornées par le chemin de Touques, pièces acquises de demoiselle Françoise de la PLESSE veuve de Guillaume LECERF, écuyer. 

retour sommaire     haut

Le Val la Reine

La propriété du Val la Reine est composée de 18 pièces de terre dont quatre se trouvent à Vasouy, le restant est situé sur la commune d’Equemauville comme l’indique le contrat d’achat du 14 juin 1817 entre Louis Michel DUNEVEU et Louis Adrien de ROUEN DE BERNOUVILLE.

Plusieurs actes de vente du XVIIème siècle nous explique comment Thibault MOULIN et Olivier MOULIN ont constitué ce domaine.

Le 20 juillet 1652 Marguerite et Radegonde LECARPENTIER sœurs demeurant à Honfleur, filles et héritières de Pierre LECARPENTIER ont vendu à Thibault MOULIN, maître de navire, demeurant à Honfleur, absent et représenté par honnête femme Anne AUBER une pièce de terre en labour et plant contenant une acre trois vergées et demi située à Equemauville, bornée d’un côté Jacques LANGLOIS, d’autre côté Charles PASTEY, d’un bout Michel HELIOT et d’autre bout Jean BRUNON maître maçon contre 1200 livres tournois.

Le 3 février 1663 Thomas HATTEN, bourgeois de Honfleur, héritier en partie de Marin HATTEN, son père et en la totalité de feu Françoise DESCELLIERS, sa nièce, a vendu à Thibault MOULIN une pièce de terre en labour et plant contenant environ trois vergées située en la paroisse d’Equemauville, bornée d’un côté les héritiers de feu Charles PASTEY, d’un bout Jean BERNION et d’autre Michel HELLIOT.

Le 29 février 1669 Michel LECERF fils de feu Cardin et héritier en partie demeurant à Honfleur a vendu à Thibault MOULIN une pièce de terre en labeur et pommiers contenant une vergée environ, assise à Equemauville bornée d’un côté les héritiers de Charles JEAN, d’autre côté Jean LEBELLOYS ayant épousé Marie DETAILLOYS, d’un bout le seigneur d’Equemauville et d’autre bout les héritiers de défunt Olivier SANSON.

Le 23 mars 1738 Jacques Charles LE ROY, notaire royal à Honfleur y demeurant paroisse Saint Léonard a vendu à Olivier MOULIN marchand et échevin au gouvernement de cette ville y demeurant paroisse Sainte Catherine une pièce de terre en labeur un pommier dessus contenant une acre environ située à Equemauville bornée d’un côté ou d’un bout le dit sieur MOULIN et d’autre bout Nicolas DUNEVEU.

Le 9 mai 1674 Geffin MOSSOCHON fils de Guillaume, héritier de feue Marie LIETOUT sa mère, bourgeois de Honfleur et demeurant en la paroisse Saint Léonard de Honfleur a vendu à Thibault MOULIN une pièce de terre en labour, deux pommiers à lui au bout, contenant une acre environ située en la paroisse d’Equemauville, d’autre côté Michel DESPLANCHES, d’un bout le chemin tendant de ce lieu à Barneville la Bertran et les héritiers de maître Jean HAGUELON, chirurgien et d’autre bout le chemin tendant de lieu au Riboussard.

Le 9 novembre 1680 Guillaume CHAMPAIGNE, charpentier de navire demeurant à Honfleur a vendu à Olivier MOULIN une pièce de terre et plant assisse à Equemauville contenant le tiers d’une acre environ, bornée d’un côté et d’un bout le dit sieur acquéreur, d’autre côté les héritiers de Jacques CAZIER et d’autre bout les héritiers ou représentant d’un surnommé BERNON, laquelle pièce de terre lui appartenait à cause de la succession de Marie PASTEY, femme de Nicolas DUVAL sa cousine.

Le 23 septembre 1681 Jehan LECESNE fils et héritier de feu Pierre LECESNE bourgeois de Honfleur a vendu à Olivier MOULIN, maître de navire, bourgeois de Honfleur une pièce de terre en labour avec un petit bout de haie sur le chemin contenant une vergée assisse à Equemauville, bornée d’un côté Olivier FRESBERT, d’autre côté les héritiers d’Olivier LECERF.

Le 18 octobre 1706 Philippe LEJUMEL chevalier seigneur d’Equemauville, Lizores et autres terres demeurant en son manoir d’Equemauville a volontairement baillé afin d’héritage au sieur Olivier MOULIN demeurant à Honfleur une pièce de terre en labeur contenant une demie acre assisse à Equemauville, bornée d’un côté le dit sieur Olivier MOULIN, d’autre côté Jean HAGUELION et des deux bouts les chemins tendant de Barneville la Bertran et à l’église du dit lieu d’Equemauville. 

retour sommaire     haut

La famille MOULIN

Thibault MOULIN fils d’Antoine, maître de navire est propriétaire du Val la Reine en 1652. Il épouse Anne AUBER. De son union naissent Olivier et Anne.  Il est décédé avant 1684.

Olivier MOULIN, marchand négociant devient propriétaire au décès de son père. Il épouse le 23 octobre 1692 à Sainte Catherine de Honfleur Marguerite THIRON fille de François et de Marguerite HOBEY. Sa sœur Anne MOULIN épouse le 7 juin 1684 à Sainte Catherine de Honfleur Charles LION, négociant puis échevin de Honfleur, fils de Nicolas et de Jeanne THIERRY. Anne MOULIN est inhumée le 7 juin 1726 en l’église Sainte Catherine.

Angélique MOULIN épouse le 10 juillet 1724 à Equemauville Charles DELANNEY fils de Charles, conseiller du Roi en l’Election de Pont l’Evêque et de Françoise BROCHARD de la paroisse de Saint Michel. Charles DELANNEY est avocat général, conseiller honoraire en la Cour des Comptes et Aides et Finances de Normandie, vicomte, maire de Honfleur selon les lettres de provisions en date du 12 mai 1736 et jusqu’en 1746, subdélégué et juge de police à Honfleur, commissaire enquêteur, examinateur et garde sel en la Vicomté de Roncheville. Le 5 janvier 1740, Jean Baptiste AUBER, prêtre curé de Tessy, cousin d’Olivier MOULIN vend à Charles DELANNEY, vicomte de Honfleur, deux pièces de terre situées à Vasouy à savoir la première en cour, plant et jardin, maison et haies dessus d’une contenance d’une acre ½ bornée d’un côté le grand chemin des Héllins et le sieur Charles GIFFARD, d’autre côté les mineurs GOSSELIN, d’un bout le chemin du Val la Reine, d’autre bout la sente de la chapelle de Notre Dame de Grâce. La seconde en labour et plant avec quelques pommiers dessus jouxtant la première et dépendant de la fieffe aux Helliots.  

Charles DELANNEY achète le 28 avril 1745 à Marie DELANNEY, veuve de Michel GOSSELIN, tutrice de Michel, son fils mineur et Michel son fils majeur une petite portion de terrain en herbe et  plant située à Vasouy de trois ou quatre pieds de large environ, afin de rendre carré un jardin lui appartenant proche de la côte allant à la chapelle de Grâce.  Angélique MOULIN est inhumée le 5 mai 1764 à Vasouy.

Le 20 octobre 1784, Charles DELANNEY prêtre demeurant rue Saint Romain à Rouen vend à Guillaume SUZANNE, fils de Louis, maréchal ferrant à Equemauville une pièce de terre en nature de jardin qui faisait autrefois partie de la cour où demeure le fermier de la terre du Val la Reine située à Vasouy, laquelle pièce faisant encoignure sur deux chemins, borné d’un côté au couchant le chemin tendant du Val la Reine à Vasouy, d’autre côté et d’un bout le dit sieur fieffant et d’autre bout au midi le chemin tendant de Honfleur à Touques. Guillaume SUZANNE s’oblige également à faire construire ou édifier des bâtiments à usage de demeure et de forge.

Louis Michel DUNEVEU en est ensuite propriétaire par succession de son grand oncle Charles DELANNEY. Louis DUNEVEU demeure à Pont l’Evêque en 1817. Il est maire de la commune de Drubec en 1819.

Louis Michel DUNEVEU loue à  Louis Jacques Amand LABBEY de GONNOVILLE le Val La Reine vers 1794 comme le prouve cette information incomplète conservée aux Archives Départementales du Calvados « Sommes convenus de ce qui suit à savoir que moi DUNEVEU loue par le présent pour l’espace de six années consécutives à commencer de la troisième année républicaine une et indivisible au citoyen Louis Jacques Amand LABBEY, demeurant actuellement à Gonneville sur Honfleur et ordinairement à Honfleur, c’est à savoir une maison de maître nommée Le Val La Reine commune de Vasouy – canton de Honfleur avec toutes dépendances consistantes dans une grande cour en herbe entourée de haies au milieu de laquelle est la dite maison, deux corps de bâtiment l’un à côté du fermier et de l’autre côté du chemin conduisant à Grâce servant à plusieurs usages étant dans la dite cour plus une petite place à fumier derrière l’écurie du côté de la ferme enfin en deux jardins dépendants de la dite maison et entrant par la cour la tonnelle et les deux allées en quiquonce donnant sur la grande route de Honfleur à Vasouy en tout tel que le bout se poursuit et comporte sans aucune restriction pour le dit citoyen jouir du tout sans aucune réserve ni retenue pendant six années consécutives. » 

Louis Michel DUNEVEU vend le 14 juin 1817 le domaine du Val la Reine pour une somme de 91 200 francs à Louis Adrien de ROUEN de BERNOUVILLE, époux d’Antoinette Hyacinthe Alberte Gilberte GROUT de SAINT PAER.

La famille de ROUEN de BENOUVILLE porte « d’azur au chevron d’or accompagné d’une roue d’or en pointe surmontée d’un chef dentelé d’argent chargé de trois molettes d’éperon de gueule »

retour sommaire     haut

La famille LION DE LA LANDE

Louis LION DE LA LANDE colonel au service de Pologne. Il épouse Catherine Marguerite GUILLEMOT. Il s’éteint le 28 décembre 1811 à l’âge de 80 ans à Honfleur.

Louise LION DE LA LANDE est née le 30 janvier 1796 à Varsovie. Elle épouse Charles Louis QUESNEY. Louise LION est décédée le 29 mars 1882 à Honfleur.

Anne Sophie LION DE LA LANDE est née le 18 juillet 1802 à Honfleur. Elle épouse Benjamin Bazile CHARLEMAINE, fils de Pierre Bernard et Marie Françoise CLERISSE.
Au décès de son frère Louis, elle devient propriétaire du Val la Reine.
Anne Sophie LION est décédée le 24 mars 1844 à Pau chez monsieur BORDA , propriétaire, capitaine à la retraite et chevalier de la légion d’honneur. Benjamin Bazile CHARLEMAINE est né le 20 juillet 1791 à Fiquefleur et est décédé le 20 mars 1859 à Honfleur.

Louis LION est né en 1801 à Varsovie. Il est brasseur de bière cours d’Orléans à Honfleur. Il achète le 17 mars 1838 la propriété du Val la Reine à Louis Adrien DE ROUEN de BENOUVILLE comme le prouve le contrat passé devant maître GUERARD, notaire à Honfleur et dont voici le détail :

- Une maison de maître située à Vasouy appelée la maison du Val la Reine avec tous les jardins, bâtiments et autres objets indépendants et pouvant en être nécessaires, le tout entouré de murs en grande partie. Le tout contenant 61 ares 28 centiares.

- Une pièce de terre en herbe et plant dite la Basse Cour, sur laquelle sont construits différents bâtiments tels que remise, écuries, puits et autres, la dite pièce contenant 1 hectare 43 ares, séparée en deux par un mur.

- Tous les tonneaux et toutes les futailles étant dans les caves de la maison de maître et dans les autres bâtiments. 

Louis LION DE LA LANDE s’éteint sans alliance le 19 octobre 1840 à Honfleur.

retour sommaire     haut

La famille PETILLAT

Le Val la Reine est propriété de Louis Marie PETILLAT rentier, fils de Louis Etienne et de Anne Angélique BONJOUR, il est né à Thorigny sur Creuse en 1799, il épouse Louise Rose VALLEE, fille d’Augustin Pierre et de Rose Esther SAILLEFEST née à Caen en 1815. Louis PETILLAT s’éteint le 25 juin 1892 à Vasouy et son épouse le 23 septembre 1892.

Leur fille Berthe Marie Eugénie épouse Alfred Joseph BAILLEHACHE-LAMOTTE.

Le Val la Reine est ensuite propriété de Maurice BAILLEHACHE-LAMOTTE leur fils, propriétaire à Paris d’un cabinet d’affaires. Maurice BAILLEHACHE-LAMOTTE, est décédé en octobre 1924 en sa propriété du Val la Reine.

Sa sœur Alix Henriette BAILLEHACHE-LAMOTTE est née à Vasouy le 18 octobre 1866. Elle épouse le 12 avril 1888 à Paris Francis Hilarion WARRAIN et y réside ensuite.

Francis WARRAIN, sculpteur, auteur de la statue de Pierre BERTHELOT qui orne l’église Sainte Catherine de Honfleur, et du bronze qui personnifie Sainte Cécile entourée d’anges musiciens qui se trouve en l’église de Pennedepie. Archiviste de la Société du Vieux Honfleur. Médaillé de la légion d’honneur et de la croix de guerre. Jean ALBERT-SOREL résume ainsi les traits de caractère de cet infatigable travailleur « Artiste de tempérament, vibrant, sensible, délicat s’il en fut, ardent dans ses convictions, attaché aux choses du passé dont il ne parlait jamais sans une sorte de ferveur, il avait été conquis par la haute conception du grand peintre régionaliste. Aux côtés de son beau-frère, monsieur BAILLEHACHE, il participa, dès l’origine, à l’organisation de notre Musée et se plut à rechercher les curiosités locales, les vestiges matériels d’autrefois qui pouvaient enrichir nos collections. Sa discrétion naturelle, cette élégante modestie qu’il poussait au suprême degré, lui interdisaient de se mettre en avant, de faire parler de lui et de rechercher les marques extérieures de ces distinctions dont la vanité ne lui échappait point. Il travaillait dans l’ombre, avec une inlassable patience, un soin jaloux et ses conseils n’en étaient que plus sages, plus écoutés et plus suivis. »

Francis WARRAIN est décédé à Vasouy le 29 février 1940.

La famille WARRAIN conserve la propriété du Val la Reine jusqu’en 2000.

La ferme du Gros Hêtre

Propriété de monsieur Armand GOUPIL puis de sa femme jusqu’en 1919. Cette dernière l’a met en vente le 14 juin 1919 pour un montant minimum de 28 000 francs. Située au Val la Reine, en bordure du chemin des Bruyères, elle comprend une maison de ferme, plusieurs bâtiments à usage de pressoir, cave avec sept futailles, écurie, étable, granges etc., trois cours en herbe plantées, un pré fauchable, un labour ; le tout contenant environ six hectares, borné par messieurs BAILLEHACHE et WOG et le chemin des Bruyères.

La ferme du Gros Hêtre est louée jusqu’en 1921 à monsieur ERNOULT. 

En 1974 elle est propriété de Christiane FILOT.

Le Vatelen

Le 6 août 1450 Guillaume COUSIN reconnaît et confesse avoir recueilli afin d’héritage tant pour lui que pour ses hoirs de messire Richard de VASOUY, prêtre procureur de noble homme Jean de VASOUY écuyer seigneur de Vasouy une pièce de terre nommée le Vatelen avec les arbres dessus bornée la terre de l’aumône de Saint Antoine de Honfleur.

Nicolas ou Miquelet COUSIN, fils de Guillaume le tient en 1487.

Jehan COUSIN et Nicolas COUSIN frères, fils et héritiers de Nicolas COUSIN leur père, le tiennent en 1527.

Le 31 juillet 1598 Guillaume et son frère puîné Gyon dit COUSIN, fils et héritiers de Robert COUSIN tiennent une pièce de terre nommée le Vatelen contenant quatre acres bornée d’un côté et des deux bouts par Pierre LECERF, écuyer et d’autre côté par Guillaume COUSIN.

Le 5 février 1614 Thibault LECHEVALLIER, maître de navire bourgeois de Honfleur demeurant en la paroisse Sainte Catherine de Honfleur tient au droit de l’acquisition qu’il en a faite par subrogation à maître Hélie AMELINE avocat d’Isabeau COUSIN veuve de Jehan HADRUDE chacun en partie des héritages qui appartient de Guillaume COUSIN fils de Robert et héritier de Gyon son frère, tient une pièce de terre nommée le Vatelen contenant trois acres une demie vergée bornée d’un côté les héritiers de Pierre LECERF, d’autre côté lui Thibault LECHEVALLIER. 

Le 21 juin 1617 Thibault LECHEVALLIER capitaine de navire et Jehan et Adrien COUSIN frères, enfants de Guillaume et de Françoise LECOURT confessent et avouent tenir une pièce de terre contenant quatre acres nommée le Vatelen bornée d’un côté Guillaume LECERF, louée aux enfants de Guillaume COUSIN, d’autre côté Thibault LECHEVALLIER, d’un bout la petite aumône du curé du dit lieu, d’autre bout Guillaume LECERF.
  Agence de création graphique  - Begatto Kitchen, Paris - Web Design